top of page
Search
  • wmt02379

2020/05/11 (月) 6:28 ~ 2020/05/12 (火) 21:06

Updated: Feb 10, 2022

2020/05/11 (月) 6:28


Par quel étrange détour me renvoies-tu à ce Korngold que j’ai autrefois tant aimé et à cet immortel Mariettas Lied ?

Ce soir on déconfine au pays, et nous ici nous continuons à improviser : cet inimaginable dialogue par dive et divi interposés est un pur délice. Vieux d’un mois ce jour, il m’est devenu “plus nécessaire que le pain que je mange, plus que l’air que je respire”.

Bonne journée à toi.

2020/05/11 (月) 19:24

Michel,

Napoléon est fini et relu deux fois.

2020/05/12 (火) 9:02


Bravo ! Ne manque pas de m'en adresser les bonnes feuilles !

Un autre candidat à l'île déserte.




2020/05/12 (火) 13:33

Magnifique Korngold. Il faut que je m’y remette.

Un clin d’œil :

Et un rappel :

Szut alors comme le disait Piotr.

Tibi.

2020/05/12 (火) 15:29


Impressionnant. Tu peux décidément viser une carrière d'agent artistique au pays du froid.

Mais le lien du rappel est le même que celui du clin d'oeil...

2020/05/12 (火) 16:18

Szut encore. Je crois qu’avec ce petit supplément, le mal est réparé :

Pas de carrière à l’est : ni Tallinn ni Tobolsk mais, pour l’opérette – Offenbach est un de mes dieux – et le sens patrimonial de notre genre préféré, je ne crois qu’à Moscou, Saint-Pétersbourg et Prague (et à Vienne quand l’iconoclasme ne les prend pas). Le Prince Igor chez les mercenaires et la Grande-Duchesse chez les postmodernes m’ont vacciné.

Ton serviteur.

2020/05/12 (火) 17:59


Je creuse mon sillon. Renée à son zénith, Korngold dans son Olympe.

Au cas où on n'aurait pas de Château d'Yquem sous la main.


2020/05/12 (火) 19:22

Renée Fleming : je l’ai vénérée puis, l’âge aidant et n’aidant pas, je l’ai vue dans un récital jazz et classique, finissant sur je ne sais quelle scie pitoyable... Déprise et dégrisement. DiDonato fait la même chose, et je suis séduit. Bostridge est épatant dans Noël Coward.

Je l'ai, un instant, vue comme la Diane Krall de l'art lyrique. Puis je me suis ravisé.

Voici une récente déité : elle a déjà l'aigrette d'or qui tremble au pas des reines :


Adolescent, j'adorais Philip K. Dick. Puis j'ai renié ces lectures juvéniles pour – en ce moment – m'y replonger avec délices.

Mille et une amitiés.

2020/05/12 (火) 20:21


Je vous parle d'un temps où Renée était Fleming. "Mein Sehnen, mein Wähnen, es traümt sich zurück".




2020/05/12 (火) 20:40

Rien à rajouter. Merveilleux. Pour toi, tout de même.


Ton indigne serviteur.

2020/05/12 (火) 20:49

Zadek et Dermota. J'ai hésité à t’envoyer ça cet après-midi !

2020/05/12 (火) 21:06


Je viens de les réécouter, ils sont magiques. Les gens de ma génération ont découvert Korngold, au mieux oublié au pis vilipendé, dans la Tote Stadt de Leinsdorf, avec Neblett, Kollo et Prey. Quelle révélation ce fut ! L’enregistrement, prodigieux d’un bout à l’autre, c’est d’abord pour moi la révélation du prélude du deuxième tableau, avec cette évocation sombre, métallique et brutale de la Ville morte et de ses clochers. Je ne me lassais pas de me le repasser, c’est a minima de 46’11” à 53’05”



Un jour que nous avions dîné au dehors à Kyoto avec Inoue Michiyoshi[1], le chauve sublime, et Takemitsu, je les avais ramenés chez moi, et je leur avais passé ce prélude dû au grand maître de la musique de film dont Takemitsu fit, et avec quel talent, son métier. Ni l’un ni l’autre ne connaissaient l’oeuvre. Takemitsu était scotché, quant à Inoue il devait plusieurs années après la monter dans les deux capitales en version semi-scénique avec Nakamaru Michie[2] et le ténor slovaque Ludovit Ludha (Tokyo Philharmony et Kyoto Symphony). Il me rendit gentiment hommage dans le programme, si bien que je compte au nombre des actions dont je n’ai pas trop honte d’avoir été à l’origine de la première audition japonaise de Die Tote Stadt. Takemitsu était adorable. Il racontait avec humour comment Kurosawa lui avait donné pour toute indication concernant Ran de lui refaire en toute simplicité Le Chant de la Terre. Je trouve qu’il a relevé le gant non sans panache :




[1] Chef d’orchestre japonais, né en 1946. [2] Soprano japonaise, née en 1960.

18 views0 comments

Recent Posts

See All

FOLIES FRANÇAISES HIVER 2024 - AVANT-PROPOS

En accord avec la marche détraquée du monde à laquelle, entre pandémie d'un autre âge et conflits inexpiables, nous assistons impuissants depuis quatre ou cinq ans, deux disparitions viennent scander

2024/01/03 (水) 10:36~2024/01/08 (月) 1:40 

FOLIES FRANÇAISES HIVER 2024 Michel Wasserman - François Lachaud 2024/01/03 (水) 10:36 ​​ Je me refais une petite cure de Mérimée après l'exposition de Compiègne [1]. Diable d'homme ! 2024/01/03 (水) 11

bottom of page